Salon lyonnais du livre maçonnique
Salon lyonnais du livre maçonnique

22 et 23 Octobre 2022

Au Centre Culturel de la vie associative de Villeurbanne CCVA

Le Salon Lyonnais du Livre Maçonnique est organisé par les Francs-Maçons, hommes et femmes, appartenant à différentes Obédiences.

Extraits du programme :

La Franc-Maçonnerie a pour principes :

- La tolérance mutuelle
- Le respect des autres et de soi-même
- La liberté absolue de conscience

Depuis sa première édition, en 2009, notre évènement s'est donné trois objectifs :

△ Faire connaître, par son patrimoine littéraire,  les valeurs de la Franc-Maçonnerie.
△ Faire découvrir des obédiences françaises en présence de leurs membres.
△ Accueillir, renseigner, conseiller les publics intéressés par la Franc-Maçonnerie.

Espace presse

Les francs-maçons, société secrète ou juste discrète?

Société «secrète», entourée d’une aura de mystère et de soupçons (opacité, lobbying, influence, connivences, affairisme, corruption, voire complotisme…), la franc-maçonnerie est depuis toujours un sujet qui chatouille l’intérêt des médias français. Un bon vieux marronnier, qui mêle histoire poussiéreuse (Lumières, IIIe République), enjeux politiques, vieux scandales…

Lire l’article complet en cliquant ici

Interview sur Lyon MAG du commissaire du salon

Interview sur FRANCE 3 d'Hervé Garnier

Interview sur FRANCE 3 d’Hervé Garnier, membre du Grand Orient de France. « Ces rencontres sont l’occasion de mieux nous faire connaître du grand public, et de faire la part des choses. C’est une occasion de se faire une idée par soi-même de la franc-maçonnerie, loin des préjugés, clichés ou fake news », selon le grand maître adjoint du Grand Orient de France. Lisez l’interview complète :

Lire l’article complet en cliquant ici

Hervé Garnier GODF Lyon

Message d’accueil de Cédric Van Styvendael, Maire de Villeurbanne aux participants des Rencontres Culturelles Maçonniques Lyonnaises 2022

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à Villeurbanne,
J’aurais préféré pouvoir vous accueillir de vive-voix mais des impératifs personnels ont eu raison de cette perspective.
Je vous remercie d’accepter mes excuses pour ne pas avoir réussi à le faire. J’espère que ce n’est que partie remise.
Je dois vous avouer humblement que je ne suis personnellement pas un grand connaisseur de la franc-maçonnerie même si j’en connais comme tout monde une partie de l’histoire et ses grands principes.

Pour autant, comme tout ce qu’on ne connaît pas ou qu’on connaît mal, j’ai tendance à peupler ce monde maçonnique d’imaginaire, accroché à quelques souvenirs scolaires ou à des lectures personnelles : un rôle avéré dans l’établissement de la démocratie en Amérique (il parait que le plan de la ville de Washington est truffé de références maçonniques). Un rôle également dans la Révolution française, puis plus tard dans l’établissement de la laïcité .
Ce qui est sûr, c’est que les régimes totalitaires et les obscurantistes de tous bords n’ont jamais apprécié votre existence et vos travaux. Je ne me sens pas porté à rejoindre ce déplaisant attelage.
Au contraire, j’aime assez l’idée que nous sommes toutes et tous des pierres brutes, que nous passons nos vies à polir, à force de pensée, d’échanges, d’effort sur soi. Gilles Deleuze disait qu’il ne faut pas confondre penser par soi-même et penser seul. Vous savez depuis longtemps qu’on pense mieux par soi-même lorsqu’on réfléchit ensemble.
J’aime votre référence à Hiram, l’architecte du temple de Salomon. Nous avons besoin d’élever des temples : chacun de nous et ensemble. Parce qu’un temple est situé : c’est un lieu d’ancrage ; il nous donne une géographie et un rapport au monde.
Un temple, c’est un lieu de communion. Et notre société a besoin de retrouver ce sentiment d’être ensemble, d’éprouver concrètement que ce qui nous relie est plus grand que ce qui nous sépare. Nous avons besoin de ces temps et de ces lieux de réconciliation.
Et un temple, c’est une relation à la transcendance. Construire nos temples, c’est faire ensemble quelque chose de plus grand que nous, que nous investissons de sens, pour échapper à la réification et à la marchandisation du monde. Nous avons besoin de trêves dans la matérialité et le rapport de consommation aux choses et aux modes. Nous vivons d’espoirs, de pensée, d’amour, de petits gestes d’hospitalité.
Un livre est paru il y a quelques années, qui s’appelait l’Economie du don (Jean-François Noubel). L’auteur montrait que dans une journée, le nombre de gestes gratuits est beaucoup plus important que le nombre de gestes rationnels ou intéressés. On cuisine pour nos enfants, on s’évade dans la contemplation, on caresse la tête du chien, on tient la porte de la boulangerie, … Je me plais à croire que c’est cet esprit qui anime vos réunions et qui se retrouve dans vos livres, qui sont chacun un petit temple : situé, réunissant une alliance des lecteurs, autour d’une ambition d’édification et d’émancipation.
Tout autant que Lyon, Villeurbanne est une terre historique pour la franc-maçonnerie et ce n’est pas un hasard si votre salon se tient dans le cœur de notre ville, au cours de l’année capitale de la culture.
Alors, je vous souhaite à nouveau et au nom de toute l’équipe municipale la bienvenue à Villeurbanne, où la liberté de penser, la liberté de se réunir et l’ambition d’une émancipation individuelle et collective sont des trésors que nous chérissons tout particulièrement. Et je vous souhaite deux très belles journées de découverte, d’échanges, de rencontres, de réflexions et de plaisirs partagés.
Merci de votre attention, Cedric VAN STYVENDAEHL

Interview de B. Fieux par J.F. Cullafroz-Dalla-Riva

Inscrivez-vous à la Newsletter du Salon "Rencontres Culturelles Maçonniques Lyonnaises".